Un patrimoine naturel exceptionnel

Le Parc naturel régional de la Brenne recèle un patrimoine naturel exceptionnel.
L’étendu et le nombre des classements ou inventaires relatifs aux écosystèmes ou aux espèces animales et végétales, attestent d’une richesse écologique incontestable aujourd’hui reconnue aux niveaux national, européen et mondial.

HVI_etang-brenne-tn

HVI_heron-cendre-tn

 

 

 

 

 

 

 

ramsar-mini2La quasi-totalité du Parc de la Brenne est classée au titre de la convention de Ramsar depuis 1991 en tant que zone humide d’importance internationale. Il s’agit de la seconde zone humide de l’hexagone en termes de superficie après les étangs de la Champagne humide.


natura-2000-mini2Par ailleurs, le territoire jouit également d’une reconnaissance au niveau européen puisque l’on compte 4 sites désignés au titre du réseau Natura 2000 :

  • 3 Zones de Conservation Spéciale (ZSC) au titre de la Directive "Habitats" : les vallées de la Creuse et de l’Anglin et la Grande Brenne.
  • 1 Zone de Protection Spéciale (ZPS) au titre de la Directive "Oiseaux" : la Brenne, qui se superpose à la ZSC Grande Brenne.

La carte suivante récapitule les périmètres de zonage dont le territoire fait l’objet :natura-2000-et-ramsar-en-brenne-tn

 

La Brenne : une zone humide d’importance internationale

le-citron-tn

 

 

On distingue en Brenne plusieurs types de zones humides :

 

 

 

Hottonie des marais

 

 

  • Les eaux courantes (sources, ruisseaux, rivières...) peuvent permettre l’expression d'habitats humides tels que les tourbières ou les prairies humides par exemple.

 

 

 

 

  • Les eaux stagnantes (étangs, mares, fossés de vidanges et de remplissage des étangs...).
    La création des étangs a permis l’expression d’habitats naturels spécifiques en périphérie immédiate comme les zones de marais ou les landes et prairies humides caractéristiques de la Brenne.

Etang_Rosnay_PNR_Brenne-tn

Le Parc héberge un peu plus de 4000 plans d’eau, mares et étangs confondus, soit près de 9 000 ha d’eau. L’un comme l’autre sont d’origine anthropique, rappelant les liens étroits qu’ils constituent entre la société et l’homme. Les premiers furent créés pour la production de poisson à partir du moyen âge et les mares, quant à elles, furent souvent creusées à des fins agricoles pour l’abreuvement du bétail. Elles peuvent également résulter de l’exploitation ancienne de marnières par exemple.

Ancienne marnière

 

Lorsqu’ils sont organisés en réseau, à l’instar de la Brenne, les étangs et les mares accueillent des métapopulations de nombreuses espèces de plantes aquatiques, d’invertébrés et d’amphibiens jouant ainsi un rôle crucial pour la conservation de la biodiversité à l’échelle du paysage.

Bienvenue dans le Parc naturel régional de la Brenne