La jussie

Originaires d'Amérique du Sud, la Jussie péploïde (Ludwigia peploides) et la jussie à grandes fleurs (Ludwigia grandiflora) ont été importées en France en tant que plantes ornementales au début du XIXème siècle.

Aujourd'hui loin des bassins d'agrément, on les retrouve dans de nombreux lacs et cours d'eau. Depuis 1989 en Brenne, la jussie a déjà colonisé plus d'une trentaine d'étangs.

jussie1-tnLes jussies possèdent des feuilles luisantes de couleur vert foncé et des tiges rouges plutôt velues. Leurs fleurs à 5 pétales apparaissent d'un jaune vif sur les étangs dès le mois de juillet.

Ces plantes aquatiques se développent dans des milieux stagnants (étangs, mares,...) ou à faible courant. Leur fort pouvoir d'adaptation permet de les rencontrer également dans d'autres zones humides telles que les prairies humides ou les fossés. Elles produisent des graines en automne qui germent au printemps, mais leur propagation se fait principalement par bouturage : 1 cm de tige ou de racine seulement peut leur permettre de se régénérer !

La jussie est ainsi capable de coloniser de manière efficace toutes les jussieetang4-tnsurfaces en eau disponibles. Un tapis végétal recouvre rapidement l'étang et étouffe les autres plantes. La pêche à la ligne, les déplacements en barque et même la chasse au gibier d'eau deviennent des activités très difficiles, voire impossibles, sur un plan d'eau couvert de jussies.

Aussi, dans un étang à vocation piscicole, la jussie fait rapidement chuter son rendement : moins de lumière, moins d'oxygène, moins de nourriture. Les poissons ne survivent pas...

Comment lutter contre la jussie ?

HVI_jussie-chantier-MRJC-tnEn Brenne, les étangs sont organisés en chaîne et la colonisation de la jussie d'étang à étang est facilitée lors des vidanges, notamment par sa capacité de bouturage à partir de tous les fragments de tige. De plus, la lutte contre la jussie s'avère très difficile au regard de la grande résistance qu'elle possède.

La lutte par produits chimiques est fortement déconseillée par l'Agence de l'eau Loire-Bretagne, puisqu'elle détruit aussi les espèces "bénéfiques" pour l'étang. Le fauchage est aussi à proscrire : il fragmente les plantes et favorise leur dispersion.

L'arrachage, manuel ou mécanique, reste le moyen le plus efficace pour limiter la progression de la jussie. Cependant, il doit être effectué régulièrement et ne suffit pas à supprimer toute trace de cette plante. Le combat à mener doit s'organiser sur plusieurs années.

En Brenne, l'assec est une pratique traditionnelle qui pourrait ouvrir une voie prometteuse dans la lutte contre la jussie, moyennant quelques aménagements (durée, fréquence...). Il semblerait en effet que cette espèce résiste mal à une mise hors d'eau prolongée. L'assec pourrait être une opportunité qui conjugue lutte et respect de l'environnement.

Ce que chacun peut faire ...

Vous avez chez vous des jussies dans un bassin :

  • Ne les jetez pas dans la nature
  • Mettez-les dans un sac hermétique ou évacuez-les en déchetterie

Vous observez sur un étang l'apparition de jussie :

  • Ne la cueillez pas
  • Ne l'arrachez pas (l'arrachage doit être organisé dans des conditions particulières)
  • Ne mettez pas d'herbicide dans l'étang avant le diagnostic

 

Dans tous les cas , contactez :

  • le Syndicat pour l'assainissement et la mise en valeur de la Brenne (SIAMVB) au 02 54 38 16 44
  • le Parc naturel régional de la Brenne au 02 54 28 12 12

Un technicien conviendra avec vous d'une rencontre afin de vérifier la présence de la jussie et d'envisager ensemble la suite à donner.

Bienvenue dans le Parc naturel régional de la Brenne