Les pelouses calcicoles

Un milieu naturel remarquable...

Ophrys-insectifera-MM-tnLes pelouses calcicoles sont des milieux herbacés semi-naturels composés de plantes à couvert bas et parfois discontinu. Ce couvert végétal se développe sur un sol riche en calcaire et pauvre en éléments nutritifs. Un fort ensoleillement et une sécheresse importante caractérisent également ce milieu qui héberge cependant des espèces rares adaptées à des conditions de vie extrêmes, en particulier au niveau de la flore et des insectes. Outre cet intérêt écologique, ces pelouses constituent des paysages caractéristiques aux ambiances plus méridionales.

 

 

Sur le Parc, à quelques kilomètres des étangs, perchées sur les rebords des vallées, les pelouses calcicoles du pays Blancois sont les derniers témoignages du temps où les troupeaux de chèvres et de moutons pâturaient ces prés maigres..

Citons :

pelouse-calci-Boud-tn

  • les causses sur Pouligny-Saint-Pierre (Mont-la-chapelle, Les Veillons, Les Roches...) qui forment une "garrigue" unique en région Centre sur un plateau calcaire crevassé ponctué d'affleurements rocheux où alternent herbages maigres et genévriers,
  • les paysages de falaise (Pouligny, Fontgombault, Mérigny,...) et de pentes herbeuses ponctuées de genévriers sont tout aussi remarquables et font partie intégrante des paysages des vallées de la Creuse, de l'Anglin, et du Suin.

... en voie de disparition....

En régression naturelle partout en Europe sous l'effet de l'abandon des pratiques pastorales traditionnelles, les pelouses disparaissent au profit de friches et de bois, entraînant ainsi la disparition de la diversité biologique qui les caractérise.
D'autres facteurs contribuent à dégrader les pelouses :

  • les dépôts de gravats ou de déchets divers sur certaines pelouses du pays blancois ont hélas un impact important : elles perturbent le milieu (destruction d'espèces remarquables au profit d'autres banales comme l'ortie ou le sureau...) et gâchent le paysage,
  • les plantations de résineux,
  • les activités d'extraction de calcaire...

Depuis plusieurs décennies, des programmes de gestion conservatoire contribuent à la sauvegarde de ces milieux devenus rares et classés "Natura 2000".

 

... que l'on tente de sauvegarder localement !

pelouse-calci-Preuilly-tnPréserver ce milieu revient à trouver les moyens de gestion adaptés en vue d'un objectif principal : le maintien d'une surface à couvert ras et la lutte contre l'enfrichement. Ainsi, à partir de la nature du couvert végétal et de sa dynamique, des interventions nécessaires sont définies : elles sont destinées à assurer, au final, une diversité des espèces animales et végétales.

Après l'inventaire en 1996 des derniers sites de pelouse de son territoire, le Parc met en œuvre depuis 1998 un programme de sauvegarde.

Des conventions de mise à disposition permettant au Parc d'effectuer la restauration et l'entretien des pelouses ont été signées avec 16 propriétaires de parcelles en pelouse sur 6 sites :

  • Les communaux (Preuilly-la-ville)
  • Les Cloîtres (Fontgombault)
  • Le paradis à l'âne et Fonterland (Tournon-Saint-Martin)
  • Les Roches (Pouligny-Saint-Pierre)
  • Beauchapeau (Mérigny)

D'autres sites sont en contrat Natura 2000 :

  • Carrière de Saint-Nazaire (Oulches)
  • Mont-la-Chapelle (Pouligny-Saint-Pierre)
  • Communaux de Beauchapeau (Mérigny)

 

Travaux de restauration

Les travaux de restauration consistent le plus souvent en un nettoyage et un débroussaillement des sites.
Ces travaux ont donné lieux à plusiseurs chantiers avec des lycéens et des étudiants (lycées agricoles de Montmorillon, de Chateauroux, de la Châtre, de Neuvic d'Ussel)

 

Entretien par pâturage

Le pâturage par des moutons ou des chèvres est le mode de gestion traditionnel qui a permis le maintien des pelouses : réutiliser de tels animaux semble donc une solution à privilégier. Après d'indispensables travaux de restauration, les surfaces en pelouses sont entretenues comme par le passé, par pâturage. Ainsi, une quinzaine de moutons de races rustiques locales (Berrichon de l'Indre et Solognot), est mise à pâturer dans des enclos mobiles ou fixes. Dans ce type de pâturage tournant, les animaux ne restent que quelques semaines par an sur un même site ; cette technique limite ainsi les risques de dégradation du milieu naturel et n'entrave pas la pratique de la chasse.

paturage-pelouses_Tour-tnpelouse-paturage-paradis-tn

 

 

 

 

 

 

 

Suivi scientifique

Afin d'évaluer l'intérêt écologique de la gestion, l'association Indre Nature réalise un suivi scientifique annuel sur les sites pâturés, à l'exception du sites des Roches, suivi par son propriétaire, le Conservatoire du Patrimoine naturel de la Région Centre.

 

La gestion écopastorale des sites est réalisée grâce aux financements de :

logo-feaderlogo-DIREN-centre COUL

Bienvenue dans le Parc naturel régional de la Brenne