Gestion des milieux naturels

La diversité végétale et animale que nous connaissons aujourd'hui est fortement marquée par l'empreinte de l'homme.

Durant les dernières décennies, la gestion de l'espace s'est accompagnée de nombreux exemples d'appauvrissement de la biodiversité, notamment par l'intensification et l'uniformisation des pratiques.
A l'inverse, sur certains territoires comme celui du Parc, ce sont les usages des acteurs ruraux qui ont permis, par leur gestion extensive de ces terres difficiles, le maintien de milieux à intérêt écologique fort (prairies humides, étangs, brandes, etc.).

Cette diversité des milieux et des espèces liée aux gestions traditionnelles est remise en cause localement par l'évolution récente du monde rural, en particulier la déprise agricole. En Brenne comme ailleurs, quand le gestionnaire disparaît ou, pour des raisons économiques, ne peut plus entretenir certains milieux peu productifs, l'évolution naturelle reprend son cours pour aboutir, dans la plupart des cas, à l'enfrichement puis au boisement.

Lutter contre cette dynamique naturelle, intervenir contre la friche qui succède à l'abandon de la terre est une démarche qui peut surprendre. Pourquoi donc ne pas laisser la nature évoluer librement ?

Il existe de nombreux arguments en faveur d'une gestion de l'espace à des fins écologiques. Citons-en deux principaux :

  • La sauvegarde de la diversité biologique : face à la banalisation des espaces naturels, conserver les milieux devenus rares constitue un véritable enjeu. Ce n'est pas préjuger que la pelouse sèche soit plus « intéressante » que le bois de chêne, c'est plutôt considérer que la meilleure diversité des espèces passe par la coexistence des deux.
  • La qualité des paysages : il existe de multiples exemples où un entretien de l'espace est initié ou soutenu afin de conserver le patrimoine paysager de zones à l'abandon : causses, vallées, prairies d'altitude, marais salants, etc. auxquels les regards sont habitués et qui témoignent de la culture d'un terroir.

L'entretien des espaces abandonnés peut s'effectuer de deux manières : l'intervention mécanique (gyrobroyage, fauche, etc.) et la gestion "éco-pastorale" par pâturage de troupeaux rustiques.

poneys-tnchantier-ozance-tn

 

 

 

 

 

 

Cette gestion dite "conservatoire", où il s'agit de préserver le patrimoine naturel, s'effectue au travers de programmes techniques et financiers de niveau national ou européen.

Le Parc naturel régional de la Brenne a engagé des actions concrètes de sauvegarde des milieux naturels remarquables depuis 1992. Aujourd'hui, plusieurs hectares sont gérés par pâturage équin ou ovin par le biais de contrats Natura 2000 ou de conventions de gestion.